Interview d'Edouard Maurer de Mobilarts

Publié le 6 Mai 2008



Interview menée par email avec Edouard Maurer, l'homme aux manettes du label Mobilarts dont le slogan est les arts en mouvement pour les gens en mouvement


Bonjour, Edouard Maurer, vous êtes le créateur du jeune label Mobilarts, pouvez-vous nous le présenter?


L’action de Mobilarts est triple :

-La distribution numérique, notamment par le biais du réseau international de Ioda, le leader des distributions numériques indépendantes dans le monde
-La promotion des artistes sur les réseaux de blogs, podcast, radios et journaux dans le monde entier
-L’organisation de spectacles originaux de créations, réunissant des artistes du label.


Quel a-été votre parcours avant de créer Mobilarts? Qu'est ce qui vous a amené à créer cette structure?


Je suis musicien depuis l’enfance, et j’ai toujours composé et organisé des concerts et spectacles, pour mes groupes ou d’autres artistes. Au bout d’un moment, on se sent frustré du fait que les efforts de créations n’aboutissent pas à la diffusion – bref, que les créations restent dans les tiroirs. J’en suis assez naturellement arrivé à la conclusion d’interrompre mes propres compositions pour prendre un peu de temps, me servir de mes expériences technologiques et internationales pour organiser une structure de diffusion utilisant le vecteur des nouvelles technologies, de leurs réseaux propres qui nous permettent de toucher un public plus large, tout en maintenant la réalité de la musique par l’organisation de quelques spectacles vivants axés sur l’échange entre les cultures et les modes d’expressions.


Mobilarts comporte une dizaine d'artistes, qui sont-ils? Comment les avez-vous rencontré?

Les artistes du label sont en général des créateurs confirmés dans leurs expressions, dans l’utilisation de leurs techniques de créations, et qui ne sont pas encore repérés à grande échelle. Ici encore, je parlerai d’un mot qui me paraît important : le réseau, ou « carnet d’adresses ». J’ai connu certains artistes par le biais de mon parcours propre, et eux-mêmes m’ont fait rencontrer d’autres créateurs. D’un autre côté j’utilise bien sur le web pour dénicher et contacter des artistes dont le parcours me paraît intéressant, et vice – versa, de plus en plus de musiciens me contactent pour en savoir plus sur mes activités.


Un exemple intéressant est celui de la rencontre des artistes coréens Kim HeeJeong ou Daehan Saram, qui a tout simplement été initiée par une soirée entre amis, suffisamment concrète pour que je décide d’aller à Seoul et approfondir les contacts. Ou encore la rencontre avec Franck Colman, dont le contact m’a été fourni par le studio Toulousain « Produc’ Son », avec lequel je travaille depuis des années.


Vous diffusez vos artistes uniquement sur internet, ça fonctionne?


Ca fonctionne si et seulement si un gros effort de promotion est fait. D’un autre côté, il faut savoir que la distribution numérique doit être un élément qui va permettre à l’œuvre d’être visible et disponible à l’achat, dans un panel de moyens. C’est l’ensemble des outils de ce panel qui va permettre à l’artiste de vivre. Rares sont les cas où la distribution numérique en elle-même génère des revenus suffisants pour les artistes. Il ne faut pas croire que le numérique va  remplacer à lui seul les autres aspects de la musique : les concerts, festivals, CD physiques, show cases, radios TV et presse ecrite, et c’est tant mieux.
Vos projets pour Mobilarts?


Renforcer et optimiser la présence des artistes du label sur tous les fronts ! Continuer à signer des contrats de partenariats avec des structures françaises et internationales, faire entrer de nouveaux artistes mois par mois, produire un album de guitare classique (des interprétations de Mozart sur une guitare 10 cordes, sans transcription, une première mondiale !), organiser une rencontre entre des artistes Coréens et Africains cet été dans un village médiéval du sud-ouest de la France. En bref, je crois que tout est lancé, l’objectif est maintenant de continuer les actions entreprises et d’asseoir la présence de Mobilarts sur les différents terrains.



Pour en savoir plus, jetez un oeil sur le site mobilarts.net qui comporte des extraits de tous les artistes et quelques chansons complètes.

Daehan Saram: Ah He
dewplayer:http://www.mobilarts.net/preview/morceaux_entiers/ah_he.mp3&

Rédigé par Boeb'is

Publié dans #Interviews

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article