C’est ainsi que bâille d’avance d’ennui un lettré

Publié le 30 Juin 2009

« C’est ainsi que bâille d’avance d’ennui un lettré à qui on parle d’un nouveau «beau livre», parce qu’il imagine une sorte de composé de tous les beaux livres qu’il a lus, tandis qu’un beau livre est particulier, imprévisible, et n’est pas fait de la somme de tous les chefs-d’oeuvre précédents mais de quelque chose que s’être parfaitement assimilé cette somme, ne suffit nullement à faire trouver, car c’est justement en dehors d’elle.»

Proust, A l'ombre des jeunes filles en fleur.

Rédigé par Boeb'is

Publié dans #Blabla

Repost 0
Commenter cet article