Publié le 1 Mars 2010

C'est chose admise, et vous n'avez pas le droit de ne pas être d'accord, le tablâ, l'instrument de percussion indien, est un des plus fascinant qui soit. La profondeur de son timbre, la beauté des motifs rythmiques et en même temps une capacité mélodique éblouissante lui confèrent une place particulière dans mon petit coeur de mélomane. Mais je m'égare... car ce dont je voulais vous parler aujourd'hui c'est le chant associé au tabla. Chaque son, chaque note que produit le tabla a un nom monosyllabique, le bol. Ces bols mis à bout forment des sortes de motifs rythmiques, les talas autour desquels les musiciens improvisent. Ce qui me retient ici c'est que ces bols permettent littéralement de chanter les talas. Une sorte de human beatboxing?

Petite explication par Ravi Shankar avec Alla Rakha aux tablas. Une présentation très pédagogique sous-titrée en français suivie d'un un solo de tabla et enfin vers 5:50, cette chose improbable que sont les talas chantés.

Ravi Shankar, Alla Rakha - Solo de tabla en rythme "jhaptal".


Une autre superbe vidéo avec Ustad Allah Rakha & Zakir Hussain. Vous pouvez entendre le rythme chanté à partir de 1:20 puis de 2:40.



Et enfin, illustration dans un style moderne avec l'exceptionnelle Toremoro du groupe japonais Asa Chang & Junray (un de mes groupes préférés au passage). Le rythme chanté commence à la 5eme minute. Le même rythme est également joué avec le tablâ.
dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/Perou/toremoro.mp3&

Voir les commentaires

Rédigé par Boeb'is

Publié dans #Inde

Publié le 1 Mars 2010

Deux albums précieux de Khanh Ly & Trinh Cong Son qui font suite à leur classique paru l'année précédente. Deux excellents albums qui ne sont pas en vente ni en magasin ni en import. Ils sont même très difficiles à trouver en pirate sur le net!

Pour des infos sur ce duo essentiel de la musique vietnamienne, je vous renvoie à mon post précédent sur le chef d'oeuvre Khanh Ly hat cho que huong Viet Nam 1. Par rapport à ce dernier, les albums proposés s'éloignent un peu de la thématique de la guerre et contiennent bien plus de chansons d'amour. On y trouve quelques classiques tels que Ru Em Từng Ngón Xuân Nồng ou Diễm Xưa qui connue un énorme succès au Japon.



khanhly.jpg

cass_hcqh2.jpg

Plus: Un texte de Trinh Cong Son en français qui explique la chanson Diem Xua.

Voir les commentaires

Publié le 25 Février 2010

ueda02_gd_01-748574.jpg
Une photo qui n'a strictement rien à voir avec l'article (Shoji Ueda)



Interlignage, le nouveau webzine culturel à ne pas rater. J'y posterai de temps en temps dans la rubrique cinéma.

Bruxelles-Bangkok-Brasilia, qui organise un top des blogueurs des albums de musique du monde. Venez voter!

Wayne and Max, un site passionnant sur les musiques dansantes des années 2000 (en anglais)

Oro god, des pépites de vinyls africains. Plein de sons des 70s et du Bénin.

Groovealizacion, un bon webzine sur les musiques du monde

Une réfléxion sur la consommation musicale éthique et le tourisme musical sur unfashionbly late (en anglais)

Un blog bien informé sur la musique africaine par une journaliste à Vibrations: Elisabeth Stoudmann



Voir les commentaires

Publié le 23 Février 2010

S'il y a quelque chose que je trouve vraiment saugrenu, c'est le mépris persistant pour les musiques de danse de la part des passionnés de musique. Faites un tour des tops de musique pointus, qu'ils soient orientés hip-hop, indie ou musiques du monde, vous ne trouverez aucun album destiné à faire danser (mis à part les tops de DJ cela va de soit). On dirait qu'il y a toujours une part de ce préjugé idiot qui voudrait que la musique profonde s'écoute sagement assis. Le terme "festif, accolé à la musique devient une insulte et synonyme de musique légère et passagère. Le groove, oui ça c'est bien, mais la fête oulala! de la tecktonik tant qu'on y est?

Mais quelle erreur jeune padawan de la hype! Tous les styles que tu écoutes avec ferveur sont nés dans les bals, dans les cabarets, dans les clubs, dans les soundsystems! La valse et le musette ça se dansait! Et le jazz, le rock, le funk, le hip-hop, l'electro ce sont des musiques qui ont été créées sur des pistes de danse non? Certes après, ils s'en sont souvent éloignés parce que certains les trouvaient plus respectables avec un message politico-philosophique, des arrangements complexes, un orchestre symphonique ou je ne sais quelle autre kitcherie arty. Et aujourd'hui, le public d'un concert de musique populaire hoche de la tête en tapant gentiment du pied le cul sur une chaise...

On veut même nous faire croire que les chansons qui parlent de sexe et de séduction sont creuses ou vulgaires. Mais c'est la vie! Balancez moi à la poubelle les complaintes d'ados dépressifs, les odes aux elfes cosmiques et les hymnes pour la paix dans le monde. Mettez-y aussi ces cochonneries indie téléchargées après le 8.3 attribué par Pitchfork. Je vous vois derrière votre écran, vous vous ennuyez sans même vous en rendre compte. Allez, montez le son et tant pis si vos collègues découvrent que vous faites sembler de travailler depuis une heure.

 



J'ai limité la playlist aux titres postérieurs aux années 60, les styles antérieurs aussi passionant et dansant qu'ils soient (mambo, cumbia, musette, tango, valse etc.) ont un tempo plus lent et moins marqué qui les rend peu propice à la danse pour ceux qui comme moi ne savent pas danser mais ne s'en privent pas pour autant. Ci-dessous, quelques un des albums dont est constitué la playlist avec une domination par KO du label Soundway. J'ai vraiment mis les chansons sur lesquelles j'aime danser sans essayer de mettre des titres rares.



Colombia! - The Golden Years Of Disco Fuentes
Rio Baile Funk - Favela Booty Beats
Ghana Soundz, Afro-beat, funk and fusion in 70's Ghana


61dZcW3bH-L._SL500_AA240_.jpg Tumbele_Packshot-web-med.jpg 515QheZhrGL._SL500_AA280_.jpg

Calle 13 - Residante o visitante (reggaeton)
Tumbélé! Biguine, afro & latin sounds from the French Caribbean
Panama! Latin, Calypso and Funk on the Isthmus 1965-75


Et aussi mais j'ai la flemme de mettre les pochettes: un merengue Oro Solido, Premier Gaou de Magic System, un titre de Kuduro, du dancehall de Admiral T, une salsa colombienne de Fruko...


Et pour ceux qui ont pris l'introduction trop au sérieux, un article qui explique pourquoi la "ghettotech" et au fond cette playlist est simplement la nouvelle mue de l'éternelle hype - mais j'y reviendrai prochainement.


Voir les commentaires