Publié le 23 Décembre 2010

andy-reynolds-engage 600

(Andry Reynolds)

Histoire de continuer à alimenter ce blog, une petite sélection de chansons qui prouvent (s'il le fallait encore) que la danse n'est pas l'ennemi de la musique profonde, (en attendant un très vaste article sur la musique brésilienne dans lequel je me suis un peu noyé).

 

Une chanson redécouverte récemment et écoutée 15 fois en 48h, du plus passionnant des groupes sénégalais.

Orchestra Baobab - Sey (extrait de African Pearls Senegal 70, A night at Club Baobab, et enfin de Vol. 2 (Bellot Records C 3805)

 

Un magnifique gwo ka guadeloupéen, découvert, sur une compilation anglaise, et qui me donne honte de pas connaitre notre formidable musique des Caraïbes françaises! (extrait de Tumbélé, Soundway)

Anzala, Dolor, Velo - Ti Fi La Ou Te Madam

 

En dédicace à DJ Canalh qui a fait vibrer le bar le Lucha libre mercredi dernier, deux grooviesques cumbias colombiennes qu'il a joué dans son mix!

 

Alfredo Gutierrez - Festival en Guarare

Armando Hernandez - La Zenaida

 

Et pour terminer, une puissante chanson mélo de l''inénarrable Brigitte Fontaine, non pas extrait de ses classiques underground des années 60-70 (qui n'ont certes pas pris une ride, c'est vraiment bluffant), mais de son retour sur le devant de la scène au début des années 2000.

Brigitte Fontaine - Je t'aime encore

Voir les commentaires

Publié le 2 Décembre 2010

samba_do_crioulo_doido.jpg

(un beau tableau musical du brésilien Heitor dos Prazeres)

 

Petite sélection de chansons qui m'ont accompagnées récemment :

Commençons d'abord par le Brésil avec Cartola et Chico Buarque, soit les deux artistes que j'ai le plus écoutés récemment. Deux génies qui ont atteint la perfection autant dans les paroles que dans la musique. Et deux personnes au destin extraordinaire. 

 

Chico Buarque - Cálice (1973) (en duo avec le merveilleux Milton Nascimento) (paroles traduites) (écoutez moi donc aussi Construção, ou Fado Tropical)

 

"Ecoute-moi bien, amour, prête attention /  le monde est un moulin / Qui écrasera tes rêves en tous petits morceaux /
Qui réduira tes illusions en poussière. " Une petite merveille par le plus grand des sambistes.

Cartola - E mundo é um moinho (1976)

 

 

Et qui dit samba, dit aussi semba, qui lui vient d'Angola (lusophone également et autre ex-colonie portugaise) et aurait influencé outre la samba, le kuduro ou le zouk!

 

N'Gola Ritmos - Monami (1964)

 

Et qui dit samba, ne dit pas zamba argentine qui malgré son nom, n'a rien à voir avec le genre brésilien mais l'excuse est trop bonne pour ne pas évoquer mon guitariste sud-américain préféré, Atahualpa Yupanqui.

Atahualpa Yupanqui - Zamba de vargas

 

Comme vous le savez peut-être, Atahualpa Yupanqui fut également un grand folkloriste qui parcouru toute l'Amérique du sud pour sauvegarder et enregistrer les musiques traditionnelles. Et à l'instar du travail d'Alan Lomax dont le travail allait mener au revival folk américain (Dylan, Baez etc.), le guitariste argentin sera la pierre angulaire de ce qui fut appelé, Canción protesta ou nueva canción  (Violetta Parra, Victor Jara, Mercedes Sosa...). Un petit paragraphe qui ne me sert qu'à vous introduire d'autres chansons de révolte, mais cette fois de la part de dissidents politiques dans le bloc soviétique (voyez vous je soigne mes transitions).

 

 Le premier est Russe, le second Polonais.

 

Bulat Okudzhava (Б.Окуджава) - Пока Земля ещё вертится... (Молитва) (adaptation de la prière de François Villon!) (1970)

 

Jacek Kaczmarski - Mury  (1980)

Voir les commentaires

Publié le 19 Novembre 2010

"C'est une de ces chambres un peu miteuses éclairées au néon, avec des papiers journaux pour toute tapisserie, de mauvaises étagères et des grilles aux fenêtres. Liu Gang, 29 ans, guitare à la main, entonne Chutianli ("au printemps"), un tube de rock chinois sur le temps des galères, "(quand) j'avais encore les cheveux longs, pas de carte de crédit ni de copine, dans une chambre sans eau chaude 24 heures sur 24, mais où j'étais tellement joyeux, avec ma guitare pourrie, à chanter des chansons que personne n'écoute...". Torse nu, le corps décharné, une cigarette entre les doigts et l'air un peu éméché, Wang Xu, 44 ans, enchaîne, debout, devant une table chargée de bouteilles de bière Tsingtao vides : "Je me suis fait couper les cheveux et pousser la barbe, mes souffrances sont parties avec le vent, mais le temps qui passe me donne le vague à l'âme, et je me sens soudain si triste, en pensant au printemps d'autrefois...

C'était l'été dernier. Un autre fêtard a sorti son téléphone portable, filmé le duo, et l'a mis sur Youku, cousin chinois de YouTube. A ce jour, ils seraient plus de dix millions à s'être enthousiasmés pour Xu Ri Yang Gang - un jeu de mots, qu'on pourrait traduire par "le soleil levant des durs" -, du nom de la formation improvisée des deux compères. L'émotion brute que dégagent Wang Xu et Liu Gang, leur énergie de galériens au long cours, a conquis les internautes, qui les trouvent volontiers plus authentiques que le chanteur originel. Et puis ce sont des mingong, les migrants des campagnes, ces 200 millions de "trimards" du miracle économique chinois qu'un infranchissable fossé sépare des classes moyennes urbaines : Wang Xu vient d'Henan, il a roulé sa bosse de chantier en chantier, du Xinjiang au Shaanxi, pour monter des chaudières. Ça fait dix ans qu'il est manutentionnaire dans des entrepôts à Pékin. Liu Gang, qui est du Heilongjiang, a rejoint la capitale en 2003. Il vit de petits boulots et chante dans des passages souterrains pour ramasser quelques sous. [....]"

Je vous inviter à lire la suite de de cet très intéressant article sur le monde.fr, et surtout écouter la chanson dont il parle, car je me suis donné du mal pour la dénicher! Et sans être de la grande musique, c'est vrai que c'est accrocheur et sincère  et presque pas de la soupe (par rapport au reste de la musique pop chinoise cela s'entend) et je préfère ne pas vous conseiller d'écouter l'originale ni vers la reprise qu'ils ont faites ensuite sur un plateau télé pour ne pas vous donner mal au coeur. 

 

视频: 请认真听完农民工自弹唱,感人至深的《春天里》  / Xu Ri Yang Gang - Chutianli (reprise de Wang Feng)

Voir les commentaires