Publié le 7 Juillet 2009

A côté des Cornelius, Tha Blue Herb, DJ Krush, Boredoms et les quelques autres grands noms de la musique japonaise contemporaine, je suis prêt à ranger au même niveau les galettes d'Asa-Chang & Junray. Qu'on me pardonne ce crime de lèse-majesté, qui plus est, pour un groupe découvert il y a... deux jours! Et tant pis si l'enthousiasme fond dans une semaine. Car quel groupe!

Pour les infos factuelles, on peut dire qu'Asa Chang est l'ancien fondateur du Tokyo Ska Paradise Orchestra (groupe assez sympa d'ailleurs dont on a du mal à imaginer qu'il a le même géniteur). Il est accompagné du programmeur et guitariste, Hidehiko Urayama du joueur de tabla U-zhaan, et sur certains titres de Kyoko Koizumi.

Pour la musique elle même, la description est périlleuse. Certains passages pourraient être qualifiés d'expérimentaux, mais je n'aime pas ce terme que j'associe trop facilement aux personnes qui creusent la forme à défaut d'avoir quelque chose de fort à exprimer. Le son du tabla, la langue japonaise pourraient faire pencher la balance vers de la world music, mais encore, il n'en est rien.

La musique d'Asa Chang & Junray est surtout exceptionnellement expressive, ou peut être plutôt suggestive. Je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait penser aux passages oniriques du Voyage de Chihiro. Un monde chaleureux non dénué de violence, merveilleux mais extrêmement intime. Il a aussi un aspect profondément traditionnel, profondément japonais. Mais comme Miyazaki qui s'inspirait du Roi et l'oiseau de Paul Grimault, comme Tezuka qui s'inspirait de Walt Disney, il s'agit d'une "japonéité" ouverte sur les autres et sur la modernité. Ce n'est plus une musique extravertie et festive, directement calquée (fût-ce avec brio) sur l'Occident comme Asa Chang la jouait avec son Tokyo Ska Paradise Orchestra. C'est une oeuvre de maturité qui nous apprend quelque chose sur nous même. En fait, on a l'impression d'écouter de la musique traditionnelle, mais celle qu'écouteront nos arrière-petits-enfants.


Petit extrait d'une interview passionnante. La question porte sur les rythmes étranges qui parcourent les chansons.

 

Kyoko Koizumi (la chanteuse dont la voix a été modifiée par Asa Chang): "At first I just took in how the song ended up, but as I listened a few times more, I felt how poignant it was, thoughts stopping and starting, words faltering or blurting out - just like the minds of people having conversations, and I realised how good it was."

Asa-chang: "She's said it all (laughs). I was going to try and explain, but she's said it all (laughs). The reason why Junray cuts such random rhythms is because human emotions sway. People contemplate; they have thoughts that cant be put into words. The rhythms aren't just there for fun, they are the way they are because they're trying to express such scenes of emotion. As far as I'm concerned, I'm not trying to make strange music, or experiment."

 


Asa-Chang & Junray - Senaka


Deux mp3:
Asa Chang & Junray - Kana


Asa Chang & Junray - Kaikyo

Ils ont sorti un excellent nouvel album le 17 juin 2009. Pour en savoir plus, je vous conseille leur site officiel (partiellement en anglais), et le site de Sonore, un label et une agence artistique qui travaille avec eux en Europe.

Voir les commentaires