Publié le 16 Juillet 2008

 

Petit post rapide pour prouver que je ne suis pas mort mais juste un peu occupé.

Showshoes, déchaînée avec les chaînes, me demande quels sont les 5 cds que j'emmènerais sur une île déserte. Comme cinq c'est vraiment très très peu, j'exclue les cds français, anglais et américain:

1. Tha Blue Herb - Stilling, Still Dreaming (Japon)
2. Trinh Cong Son - Khanh Ly hat cho que huong Viet Nam so 1 (Vietnam)
3. Astor Piazzolla - The Rough Dancer and the Cyclical Night  (Argentine)
4. Paranda - Africa in Central America (Honduras, Belize, Guatemala)
5. Nico - Desertshore (Allemagne, Etats-Unis)

J'en profite aussi pour partager quelques liens sympa découverts plus ou moins récemment. Il y a le podcast de Néo Géo, l'émission "musiques du monde" de radio nova. Côté blog, je vous invite à jeter un oeil sur Cansei de ser me où vous trouverez des samples, des jeux de mots , un regard ouvert sur la musique sur Bruxelles-Bangock-Brasilia, découvert tout récemment mais en sommeil, le très intéressant Radio canalh, et une plongée très fraîche dans le cinéma indien avec François Da Silva (où l'on apprend par exemple que Bollywood ne représente qu'un 1/3 de la production indienne!). Ah et j'allais oublier, ne manquez pas le safari collectif et réjouissant de dégommage des mamouths du rock sur Top of the flop of the pop of the blogs.

 

PS: l'image vient de ce myspace et le titre du post vient de ce bouquin.



Voir les commentaires

Rédigé par Boeb'is

Publié dans #Vie du blog

Publié le 7 Juillet 2008

On continue un petit tour du monde du rap avec le Mexique. Un son bien sûr proche du rap américain mais avec des influences latino assez marquées, que ce soit au niveau des instruments samplés, trompettes et petites guitares mexicaines en tête, et des rythmes qui lorgent souvent vers le reggaeton et le merengue. Je me suis concentré sur le le rap mexicain, sans parler du rap chicano, c'est à dire celui de la communuauté mexicaine des Etats-Unis.


Control Machete - Comprendes Mendes. Gros tube du plus gros groupe mexicain, qui a notamment collaboré avec Cypress Hill.



El Chivo - Que Me Entierren Con La Banda



Los Trovadores de la lirica perdida. Des beats secs et des flow nerveux.



Boca Floja - Presente, Pasado y Futuro. Un son jazzy et un flow "narratif" assez proche d'Oxmo Puccino



Molotov - Gimme tha power. L'autre groupe qui cartonne avec Control Machete. A cheval entre rock en español et hip-hop, festif et engagé politiquement.

Voir les commentaires

Publié le 7 Juillet 2008

Je reviens de vacances où j’ai fait du camping sauvage dans les Pouilles, aussi connu comme le trou du cul de l’Italie : petites villes charmantes, églises baroques, ruines antiques, côtes sauvages rocailleuses, criques douillettes de sable blanc et hectolitres de transpiration. Tout ça est fort photogénique mais comme j'aime faire mon intéressant, voici plutôt une photo d'un des nombreux tags d'amoureux qui ornent les murs italiens. Avis aux amateurs, ça en jette quand même plus qu'un vulgaire texto.


Traduction: «Mon amour, je t'en prie, fais que cette nuit ne soit pas qu'une aventure»

Programme peu musical j’en conviens, mais dans lequel s’est glissé une petite découverte musicale ; un cd entendu dans une voiture qui nous avait pris en auto-stop. Ca s’appelle Salento Senza Tempo de Nidi d’Arac. Le cd était en vente dans les kiosques avec un journal du coin. D’après ce que j’ai trouvé sur le net, le groupe touche d’habitude à l’électro-rap-reggae mâtiné d’influences sud-italienne. Cet album au contraire est un hommage tout accoustique à la musique du Salento. On y trouve des reprises d’airs traditionnels et des compositions faites dans le même esprit.

Quante tarante ?, une invitation malicieuse et entraînante à la danse.
dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/Salento/12%20Quante%20Tarante_.mp3&

Klama, la complainte d’une femme dont le mari est parti.
dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/Salento/16%20Klama.mp3&

Su rrivatu a San Frangiscu, sur les malheurs d’un homme avec un mafieux de la Camorra qui se retrouve dans la prison de San Frangiscu.
dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/Salento/08%20Su%20RRivatu%20A%20San%20Frangiscu.mp3&

Et pour finir, Sia benedettu ci fice lu mundu, une jolie chanson d’amour où le chanteur loue celui qui a créé le monde, le jour, la nuit, le Soleil, la Lune, et enfin, les yeux de sa belle.
dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/Salento/05%20Sia%20Benedetto%20Ci%20Fice%20Lu%20Mundu.mp3&



Plus : leur myspace qui permet de découvrir le reste de leur musique et leur site officiel.

Voir les commentaires

Publié le 6 Juillet 2008



J'ai fait un petit best-of de ce que j'ai pu entendre sur le net. La plupart de ces groupes sont jeunes; moins d'une dizaine d'année d'existence. Ils semblent influencés par le rap américain, et dans une moindre mesure par le rap français. Pour trouver les noms et les infos, je me suis basé sur le blog musiques arabes qui a consacré une dizaine d'articles au rap marocain et de quelques autres sites, notamment rapmaghreb et rap-bladi, pourri par les pubs mais sur lequel on peut écouter plein de titres. Pour ceux qui veulent des infos sur le contexte politique assez rigide dans lequel ces groupes évoluent, je suis tombé sur un documentaire assez sympa avec pas mal d'interview de groupes.


Les pionniers du rap marocain: H-Kaine - Issawa style



Mobydick, avec un beat qui sonne rap indé. 




Bigg, rappeur provoc, entre rap hardcore et machine à tubes. Un peu le Booba marocain. 


 

Fes City Clan - ila chefti 3raf beli


Un flow et un beat très dures. Zanka Flow - HaH

 

Voir les commentaires