Publié le 31 Décembre 2007

Le tsunami de « tops de fin d’année » qui vient de submerger la blogosphère me laisse assez perplexe. Pas un blog qui ne met en avant son éclectisme et fait se côtoyer pop indie, asbstract hip-hop et autre néo-bidules. Pourtant, il n’y a pas de grand écart, car tous ces genres font partie de la même grande famille, dont le papa pourrait s’appeler Bach et la maman Négro spiritual.

On retrouve la catégorisation absurde de tous les disquaires qui divisent en genres différents ce qui est fondamentalement apparenté, mais rassemble sous un bizarre « musique du monde » l’immense diversité musicale.On met dans le même panier les musiques populaires, classiques, traditionnelles des quatre coins de la planète ! Le pire est qu’au final la musique du monde devient effectivement un genre à part entière, fait de bonne humeur et de rythmes ensoleillés qui donne une musique chiante, inoffensive et sympathique. On ne risque pas d’être bouleversé en écoutant Amadou et Mariam ou Manu Chao!

Le travers inverse est de présenter les musiques non occidentales avec une vision d’ethnologue : de la musique de cour chinoise en passant par les chants de gorge tibétains, l’écart avec notre culture musicale est tel qu’il faut un effort énorme pour entrer émotionnellement dedans.Entre une vision naïve d’une world music bobo éphémère, et une vision anhistorique de la world music traditionnelle, il ne faut plus s’étonner qu’elle joue dans un autre tableau que les musiques occidentales actuelles, et qu’elle soit ainsi snobée par les critiques malgré leur immense boulimie musicale.

A côté de ça, il est difficile de ne pas voir comment les musiques non occidentales sont partout au sein même la musique occidentale. Outre que la musique des esclaves noirs est un des éléments de toute notre musique populaire, les emprunts et les métissages entre cultures sont une constante assez frappante de l’histoire de la musique et qui n’a sûrement jamais été aussi forte. Le meilleur exemple est peut être la paranda genre traditionnel d’Amérique centrale, synthèse sublime des musiques africaines, amérindienne et européenne. 

Le paradoxe entre l’omniprésence d’artistes qui puisent partout leur inspiration et la couverture si insuffisante de ces même inspirations saute aux yeux! Il n’y a qu’à voir le succès extraordinaire de Beirut dans la blogosphère qui s’inspire de la musique balkane et la couverture ultra faible de cette même musique balkane qui comporte pourtant des stars comme l'immense Goran Bregovic ou le Kocani Orchestar. Au final, pour résoudre le paradoxe, il suffirait peut être de cesser de considérer qu’il y a une différence entre musique occidentale et le reste, et de ranger tout ça dans une grande World music, mais qui ne serait plus traduite par musique du monde mais par musique mondiale.

J’espère que de tout ça, les quelques personnes qui suivent ce blog comprendront mieux ma démarche. Je ne parle pas de trucs tordus et volontairement obscurs, mais simplement de la musique que j’aime et que j’écoute, et il se trouve que c’est une musique un peu plus métissée que les autres.

La prolongement de ce billet: La musique du monde existe (je l'ai rencontré)

Plus: excellent article de David Byrne I hate World music

Voir les commentaires

Publié le 25 Décembre 2007

On retrouve des petits bouts d'arabe dans quelques rares titres de rock français. Dans les trois titres suivant, la musicalité propre à la langue arabe vient enrichir la chanson mais d'une manière tout à fait différente.


putasfever.jpgLa Mano negra reprend tout simplement une complainte traditionnelle arabe avec Sid'h'bidi, sur l'album Puta's fever (1989). La rythmique très mano sur ces paroles de complainte est pluôt décalée.

Mano Negra - Sidi'h'bidi dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/Mano%20negra%20-%20%20Sidi%20h'bibi.mp3&.




zebda-essence.jpgZebda utilise comme refrain l'expression typique arabe "oualalardime" (oualah el azim signifiant "c'est la pure vérité") pour évoquer avec tendresse et humour la jeunesse d'un petit beur qui jouait au dure. Extrait de Essence ordinaire (1998). L'utilisation d'une expression familière arabe vient préciser le côté spontanné et enfantin du personnage. Zebda - Oualalaradime





toitraides.jpg Les Têtes raides utilisent l'arabe dans une chanson sur la sensuelle Manuela, extraite du bout du toit (1996). La description en français par le chanteur est contrebalancée par le chant de Manuela (Hé oui ! C'est moi /
Qui me connait ? / J'aime danser / C'est comme ça / C'est ça, c'est ma vie / Celle que je connais / Qui veut de moi ? / C'est comme ça). Laisser parler le personnage de Manuela dans sa langue le rend bien plus vivant. Surtout, que les amants/chanteurs utilisent une langue différente accentue le caractère sensuel et éphémère de l'aventure.

Têtes raides - Manuela  dewplayer:http://boebis.free.fr/Musique/tetes%20raides%20-%20Manuela.mp3&

Si vous connaissez d'autres groupes de rock français (au sens large) ayant tenté l'experience d'intégrer du chant arabe, je serais ravi de les découvrir.


Plus: Traduction de Oualalardime - traduction de Manuela.



Voir les commentaires

Publié le 15 Décembre 2007

Seules quelques rares artistes peuvent sans exagérer être qualifiées de divas. Au delà de la renomée, ces chanteuses-interprètes bénéficient d'un consensus populaire tel qui fait qu'elles incarnent l'identité même du pays. J'avais commencé à faire une mini-bio de chaque mais si on veut être rapide, on retombe sur les mêmes élements: un succès précoce, une carrière qui s'internationalise, et enfin une gloire qui se transforme peu à peu en mythe. La mythification puisent dans leur vie: misère et excès pour Edith Piaf, amours pour Oum Kalsoum ou Lata Mangeshkar, proximité avec le pouvoir politique pour Kalsoum ou Amalia Rodriguez, tragique fin sous les Khmers rouges pour Ros Sereysothea etc.
 



ok 1945
Oum Kalsoum (1904-1975), la diva égyptienne du monde arabe Wikipédia - Mondomix

Oum kolthoum - Misr



callas030.jpg
Maria Callas (1923-1977), la diva de l'opéra. Wikipédia

Maria Callas - Una voce poco (extrait du Barbier de Séville de Rossini)


latadidi1pi7.jpg
Lata Mangeshkar (1929-), la diva indienne des musiques de Bollywood.  Wikipédia

 Lata Mangeshkar - Gujra Hua Zamana


ros.jpg
Ros Sereysothea (1948-1978), la diva cambodgienne pop qui a chanté aux côtés de l'immense Sin Sisamouth. Biographie

Ros Sereysothea -Sra Mouy Keo


piaf.jpg

Edith Piaf (1915-1963), la diva française de la chanson et du music-hall. Wikipédia

Edith Piaf - L'hymne à l'amour

amalia.jpg


Amália Rodrigues (1920-1999), la diva portugaise du fado. Wikipédia

Amalia Rodrigues - Povo que lavas no rio

 

chabuca_granda_02.jpg

Chabuca Granda (1920-1983), la diva  péruvienne de la musique afro-criolla.

 

Chabuca Granda - Jose Antonio

mercedessosa.jpg

Mercedes Sosa (1935-2009), la diva argentine de la nueva cancion

Mercedes Sosa - Solo le pido a dios

 

violeta_parra.jpg.jpeg

Violeta Parra (1917-1967), la diva chilienne de la cancion chilienne.

Violeta Parra - Gracias a la vida

 

Second "lot" de divas, peut être légerement moins mythifiées que les précédentes et certainement plus pop dans les arrangements. Les liens renvoient à des vidéos de live trouvées sur youtube.

fairuz10.jpg
Fairuz (1935-), libanaise et deuxième diva arabe après Oum Kalsoum.
Fairuz - Ya Hawa Beirut


Khanhly.jpg
Khánh Ly (1945-), la diva pop vietnamienne qui s'est illustrée grâce aux chansons de Trinh Cong son. Biographie
Khanh Ly - Ru Tinh


Misora Hibari (1937-1989), la diva japonaise d'enka et de
Kayōkyoku.

Misora Hibari - Yawara

alla.jpg
Alla Pugacheva (1949-), la diva soviétique aux 250 millions d'albums vendus.
Alla Pugacheva - Arlekino

Voir les commentaires

Publié le 11 Décembre 2007

J'ai réinstallé itunes il y a quelques mois donc le compteur représente ce que j'ai écouté depuis (sans compter les CDs, youtube...). Peu surprenant, il y a beaucoup de chansons dont j'ai déjà parlé ici.

1. Tha Blue Herb - Stoicizm (26) billet
2. 2Pac - Hit 'Em Up (20)
3. M.I.A - Paper planes (14) Billet
4. DJ Blaqstarr feat. Rye Rye - Shake it To The Ground (8) Billet
5. Goran Bregovic - Ederlezi (8)

Après on trouve en vrac, la BO de Mon voisin Totoro, les Liars, Radiohead, Mano Solo, Aphex Twin, Khun Kaung Kay Maung, Max Roach, Antony, Bach, Lou Reed, Astor Piazzolla etc.

C'était le post autocentré...

Voir les commentaires