Publié le 19 Novembre 2010

"C'est une de ces chambres un peu miteuses éclairées au néon, avec des papiers journaux pour toute tapisserie, de mauvaises étagères et des grilles aux fenêtres. Liu Gang, 29 ans, guitare à la main, entonne Chutianli ("au printemps"), un tube de rock chinois sur le temps des galères, "(quand) j'avais encore les cheveux longs, pas de carte de crédit ni de copine, dans une chambre sans eau chaude 24 heures sur 24, mais où j'étais tellement joyeux, avec ma guitare pourrie, à chanter des chansons que personne n'écoute...". Torse nu, le corps décharné, une cigarette entre les doigts et l'air un peu éméché, Wang Xu, 44 ans, enchaîne, debout, devant une table chargée de bouteilles de bière Tsingtao vides : "Je me suis fait couper les cheveux et pousser la barbe, mes souffrances sont parties avec le vent, mais le temps qui passe me donne le vague à l'âme, et je me sens soudain si triste, en pensant au printemps d'autrefois...

C'était l'été dernier. Un autre fêtard a sorti son téléphone portable, filmé le duo, et l'a mis sur Youku, cousin chinois de YouTube. A ce jour, ils seraient plus de dix millions à s'être enthousiasmés pour Xu Ri Yang Gang - un jeu de mots, qu'on pourrait traduire par "le soleil levant des durs" -, du nom de la formation improvisée des deux compères. L'émotion brute que dégagent Wang Xu et Liu Gang, leur énergie de galériens au long cours, a conquis les internautes, qui les trouvent volontiers plus authentiques que le chanteur originel. Et puis ce sont des mingong, les migrants des campagnes, ces 200 millions de "trimards" du miracle économique chinois qu'un infranchissable fossé sépare des classes moyennes urbaines : Wang Xu vient d'Henan, il a roulé sa bosse de chantier en chantier, du Xinjiang au Shaanxi, pour monter des chaudières. Ça fait dix ans qu'il est manutentionnaire dans des entrepôts à Pékin. Liu Gang, qui est du Heilongjiang, a rejoint la capitale en 2003. Il vit de petits boulots et chante dans des passages souterrains pour ramasser quelques sous. [....]"

Je vous inviter à lire la suite de de cet très intéressant article sur le monde.fr, et surtout écouter la chanson dont il parle, car je me suis donné du mal pour la dénicher! Et sans être de la grande musique, c'est vrai que c'est accrocheur et sincère  et presque pas de la soupe (par rapport au reste de la musique pop chinoise cela s'entend) et je préfère ne pas vous conseiller d'écouter l'originale ni vers la reprise qu'ils ont faites ensuite sur un plateau télé pour ne pas vous donner mal au coeur. 

 

视频: 请认真听完农民工自弹唱,感人至深的《春天里》  / Xu Ri Yang Gang - Chutianli (reprise de Wang Feng)

Voir les commentaires

Rédigé par Boeb'is

Publié dans #Chine Taiwan Hongkong

Publié le 12 Novembre 2010

Tout le monde connaît le titre Misirlou qui ouvre Pulp Fiction et qui a ensuite été repris dans les Taxi de Luc Besson et samplé par les Black Eyed Peas. Ce célèbre titre de 1962 est du à Dick Dale, créateur de la surf music. D'ailleurs il fut même repris par les Beach Boys.

Mais peu de personnes savent que ce titre est une reprise d'une vieille chanson grecque qui parle de l'amour pour une femme égyptienne. La chanson a été enregistrée pour la première fois par Mike Patrinos mais la mélodie serait encore plus ancienne.

Selon l'anecdote, Dick Dale aurait été défié de jouer une chanson sur une corde. Or Dick Dale (né Richard Monsour), est d'origine libanaise. Il se serait souvenu de son oncle joueur d'oud qui jouait Misrilou sur une seule corde... Et voilà pourquoi tout le surf rock qui explosa suite à la suite de Misirlou a un petit parfum orientalisant!

 

Mike Patrinos - Misirlou  /  Μιχάλης Πατρινός - Μουσουρλού (1930)

 

 

Dick Dale & His Del-Tones- Misirlou (1962)

 

Les paroles grecques originales:

 

Ma "Misirlou" (femme égyptienne musulmane), ton doux regard
A allumé une flamme dans mon coeur
(en arabe) On mon amour, oh ma nuit
Tes lèvres transpirent le miel
Ah, Misirlou, beauté magique et exotique
La folie me gagne, je ne peux plus le supporter
Ah, je t'enlèverai de ce pays arabe
Ma femme aux yeux noirs, ma Misirlou sauvage
Ma vie changera avec un de tes baisers
(en arabe) On mon amour, oh ma nuit
De tes douces lèvres

Voir les commentaires

Publié le 11 Novembre 2010

Quelques sites, blogs ou articles que je vous conseille: 

 

Sounds and Colours, un excellent site consacré aux cultures et musiques d'Amérique du sud (et non de toute l'amérique latine).  Chaudement recommandé.

 

Ancienne musique africaine, une page facebook très utile pour découvrir des artistes africains des années 80-90 (on trouve également des artistes plus anciens mais ces derniers sont paradoxalement plus accessibles).

 

Sounds Good, contient de très intéressantes mixtapes et articles sur des styles actuels dansants latino-américains: Cumbia villera, nueva cumbia (Argentine), Tribal Guarachero (Mexique), funk carioca et Tecno Brega ( Brésil), et également du Kuduro angolais.

 

Une interview de Miles Cleret, fondateur du label Soundway, sur Vice Magazine

 

Africa is a country, un blog intello sur l'Afrique et ses représentations par les médias,  avec une rubrique musique utile pour découvrir des artistes contemporains.

 

Voir les commentaires

Publié le 8 Novembre 2010

Je suis depuis quelques mois dans une relative monomanie brésilienne. J'aimerais vous parler d'artistes que j'idolâtre comme Cartola ou Chico Buarque, mais tout a déjà été écrit et très bien sur eux. Je vous propose donc à la place une petite sélection de groupes plus ou moins contemporains, dans la veine du précédent billet qui parlait entre autres des immenses Los Hermanos et Racionais MC's. Voici donc quelques groupes et artistes brésiliens qui m'enthousiasment, me charment ou me font simplement danser; ce qui est déjà pas mal.

 

Commençons en douceur avec un joyeux groupe de samba-ska-rock.

Móveis Coloniais de Acaju | Aluga-se-Vende (2005)

 

 

Un grand chanteur qui a eu un beau et mérité succès international avec son samba bigarré.

Seu Jorge - Carolina (2001)

 

Une autre artiste qui a eu la chance d'être distribuée internationallement. Non pas qu'elle soit meilleure ou plus connue, ou même que son style soit plus exportable que les autres, mais plus simplement car elle vit à Londres depuis une dizaine d'année... Une carrière internationale, ça se joue souvent à ce genre de détails malheureusement.

 

Cibelle  - Punk da Periferia (reprise de Gilberto Gil)

 

 

Un excellent rappeur dans un duo dévastateur.

MV Bill e Kmilla - Estilo vagabundo (2006)

 

 

Un autre classique du rap brésilien.

RZO - O Trem (1999)

 

 

Du rap plus arty.

Mamelo Sound System - "vô-q-vô"

 

 

Un des groupes les plus influents des années 1990, initiateur du mouvement mangue beat. Plus classique qu'actuel mais il était dommage de ne pas l'évoquer.

Chico Science & Nação Zumbi - A Cidade  - (1994)

 

 

Une contine pour enfant par la chanteuse Adriana Calcanhotto.

Adriana Calcanhotto - Fico Assim Sem Você  (2004)

 

Une excellente chanteuse aux influences variées.

CéU -Malemolência (2006)

 

Le grand monsieur derrière Timbala, et auteur d'une belle carrière solo.

Carlinhos Brown- A namorada (1997)

 

 

Et pour finir, un tube funk carioca mainstream!

Mc Marcinho - Glamurosa

 

Pour aller plus loin,, je vous suggère de jeter un oeil aux blogs, L'Elixir du Dr. Frunkathus et à Bossa nova brasil. Pour une sélection de classiques brésiliens, ce top  de 100  de l'édition brésilienne de Rolling stones à compléter avec leur non moins excellent top 100 albums me semble un très bon départ.

Voir les commentaires