Publié le 29 Juillet 2008

Génial, fou, ou tout bêtement nullissime? Personnellement je n'ai pas tranché la question. Au moins sait-on qu'il était fou, au sens clinique du terme, ayant passé une bonne partie de sa vie à l'asile et soumis à des crises de paranoïa aigue. Mais pour le reste de la question, le mystère reste entier!

 

Ses chansons, c'est une sorte mélange de rock 70s (son premier album a été produit par Zappa) et de complainte de SDF bourré. Une sorte de mal-être extrême, exposé de manière tellement sincère que ça en est obscène. On dit que certains chantent avec leurs tripes, lui il met aussi ses boyaux, avec le reste de son déjeuner et les mouches qui tournent autour.

 


Larry (wild man) Fischer - Merry go round



J'ai découvert le bonhomme par l'excellent et très complet billet de Noreille. Je profite d'ailleurs de cet article pour créer une catégorie Youpi ou Ohlala?, pour ranger ces artistes qui me plonge dans une fascination perplexe. J'y range rétroactivement, de la musique noise extrême et un trip vocal d'un chanteur culte.

Edit: plus j'écoute et plus ça me fait penser au film Tarnation, vraiment le même mélange d'intime, de tragique et de folie.

Voir les commentaires

Publié le 24 Juillet 2008

Cette histoire surprenante se passe en l’an de grâce mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf. Les jeunes époux Hip-hop Français étaient partis passer leur lune de miel aux Etats-Unis. Arrivés à New-York saluer les grands-parents, ils s’en vont pépères rejoindre la West-Coast prendre des nouvelles de leurs turbulents cousins de Californie. En chemin dans leur Mercedes Benz, baskets Stan Smith sur l’accélérateur et cheveux rasés au vent, une étrange idée les prend : ils bifurquent par le Texas.
 
Hélas, sur la route 66, les choses commencent à dégénérer. Si Monsieur Hip-hop Français fait timidement du gringue aux demoiselles R’n’B, Madame lorgne plus sérieusement sur les corps virils des cow-boys en santiags. Il ne faut pas plus qu'une soirée arrosée au whisky pour qu’elle se retrouve à faire zoum zoum zeum dans le tracteur benz benz benz d’un vacher texan fan de country.

 

Neuf mois plus tard, je vous laisse imaginer la mine déconfite de monsieur Hip-hop Français en entendant brailler son rejeton.

Svinkels - A coup de santiags

 

Mais Monsieur Hip-hop français, s'il est moins macho qu’il voudrait le faire croire, n'a pas toujours beaucoup de discernement. Rockeur, Teufeur, Jazzman, un bon nombre de musicos lui faisaient depuis longtemps des enfants dans le dos. D'ailleurs, avant même que sa femme ne s'acoquine avec son cow-boy,  elle avait déjà donné dans le vacher, mais version celte (tendance assurancetourix).

Manau – La tribu de Dana

 

Monsieur Hip-hop Français n’était pas au bout de ses peines et encore moins à celui de ses cornes. En 2003, lassée de ses amants habituels, voilà que sa dulcinée croise le regard d’un parigot moustachu. Bretelles bien ajustées, béret sur la tête et accordéon sous les bras, il a tout pour la faire succomber; elle ne se laisse pas prier.

Java- ça sera tout


Mais rassurez vous, Madame Hip-hop est discrète et son mari n'en a jamais rien su. On raconte qu'ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants adultérins.

Voir les commentaires

Publié le 24 Juillet 2008


-Une petite histoire du rock chinois bien foutue sur fluctuat.net

-Le top 5 des groupes asiatiques en 2008 selon le Time. Des découvertes à faire, même s'il se focalise sur l'electro-pop-rock et se limite à l'Asie de l'Est et du Sud-Est

-Un magasin indépendant de San Fransisco qui propose des présentations d'albums en ligne par style et pays. Leur sélection de musique française est pas mal du tout, on peut donc être confiant pour le reste.



Voir les commentaires

Publié le 19 Juillet 2008

Plus ça va, et plus je suis attiré par les langues étrangères. Alors que la grammaire me rebutait, je deviens fasciné par ces petites règles tordues qui m'horripilaient. C'est fou ce que ça révèle sur la manière de penser!

Un autre truc intéressant est le rapport qu'on a à une langue et qui nous révèle de façon tout aussi saisissante. Petite illustration en musique avec des artistes non hispanophones qui se sont essayé à la langue de Cervantès.

 

Au début des années 1950, quand on pense à l'espagnol on pense à l'Espagne du dictateur Franco. Mais dans l'imaginaire français, l'Espagne c'est aussi le pays des anarchistes des années 30. Rien d'étonnant donc à ce que Brassens l'anar offre une version hispanique de son premier succès, La Mauvaise Réputation. Le titre a d'ailleurs été repris avec fièvre par Paco Ibañez.


Georges Brassens - La Mala Reputación.


 

Robert Wyatt, l'homme à la plus belle voix du monde, reprend un tube de sa jeunesse, Hasta Siempre Comandante de Carlos Puebla. L'espagnol renvoie ici à l'imaginaire révolutionnaire des années 1960, au mythe du Che et du Cuba socialiste. Pour info, le titre a aussi été repris par Zebda. Dans la même veine on peut citer ce titre de Doc Gyneco.


Robert Wyatt - Hasta Siempre

 


Comme son nom l'indique, Mano Solo est attiré par l'espagnol. Il le prouve dans une de ses plus belles chansons, Barbès-Clichy. L'utilisation d'une langue étrangère est surprenante puisqu'il s'agit d'une déclaration d'amour toute parisienne. Les paroles ne sont pas très explicites, mais je l'imagine errant seul, entre Barbès et Place Clichy se remémorant violemment ses amours qui s'embrouillent jusqu'à se fondre avec Paris et qu'il crie «Paris prends moi dans tes bras / de Barbès jusqu'à Place Clichy / c'est là, que j'aime perdre ma vie». L'espagnol est ici dénué de connotation politique mais sert peut-être à donner un parfum de mystère et de romantisme.


Mano Solo - Barbès Clichy


 

Encore une autre approche de l'espagnol avec le rappeur franco-colombien Rocca. Il a commencé sa carrière en France avec La Cliqua avant de fonder un groupe de rap latino, Tres Coronas installé à New York. Dans le titre El Original, derrière un egotrip classique, Rocca donne un mélange péchu de ses deux cultures avec beat à base de salsa et un flow bilingue qui lui permet de se vanter "demande à tes gars combien de MC rappent en deux langues ?". L'espagnol devient le passeport d'une Amérique latine qui fait rêver les jeunes Français, car comme le chante Rocca « tout ce qui est latino plait aujourd'hui ». Ainsi, même si Rocca contrairement à ses ainés, n'est pas tributaire des mythes révolutionnaire ou de l'exotisme, son utilisation de l'espagnol relève aussi de la mise en scène. La bimbo bronzée a remplacé le barbu rebel sur le trône du cool, et c'est peut-être pas plus mal.

Rocca - El original

Voir les commentaires