Publié le 30 Janvier 2008

Un petit merengue sacrément efficace qui me trotte dans la tête depuis quelques semaines. A vrai dire, je dois lutter pour ne pas danser dans la rue quand elle se met à squatter mon cerveau. En espérant que ce soit contagieux:

 

Caribeños de Guadalupe - Kurikitaca
 
 
Je l'ai découverte avec la version de Toño Rosario (ici en live) (République Dominicaine). Je ne sais pas laquelle est l'originale. Je l'ai fait écouter à quelques personnes à qui ça a pété le crane, mais perso j'adore.

 

Voir les commentaires

Publié le 25 Janvier 2008

On a bien trop souvent une certaine complaisance avec la mauvaise musique, mais aujourd'hui camarades blogosphèriques l'heure est grave. Il ne s'agit plus de se moquer de leur coupe de cheveux ou de dire que de toute façon la mauvaise musique est sans influence, non! On n'en est plus là, ils sont parmi nous, ils nous envahissent, ils se reproduisent. Voici leur nouveau gourou, un jeune garçon qui n'a l'air de rien comme ça, il ressemble à votre votre petit frère, mais son influence maléfique est sans comparaison aucune. Je vous laisse découvrir cette horreur, qui depuis plus de 2 ans déjà a perverti en toute impunité 35 millions d'âmes sur  youtube. NO PASARAN!

Voir les commentaires

Publié le 24 Janvier 2008

La distinction entre les genres dits « traditionnels » et la musique populaire plus récente est on ne peut plus floue. La musique traditionnelle n’est au fond qu’une musique populaire qui s’est ancrée profondément dans la culture au point qu’on la considère comme un élément à part entière de celle-ci et non plus un de ses sous-produits. Nul doute que le rock et la pop « moderne » ne soient un jour catalogués comme musique traditionnelle ! Après tout, la chanson française est qualifiée de world music outre-atlantique… J’avais envie de parler de ces vieux standards folk popularisés 50 voir 100 ans après leur création (par un simple habillage musical au goût du jour) et dont l’originale a souvent été éclipsée. Ceci d’autant plus facilement que sa création peut dater d’avant l’enregistrement sonore !

Mais comme ça serait trop facile et moins rigolo, on va plutôt voir que ce phénomène joue aussi pour des chansons de tradition musicale différente (non pas une relecture moderne de ces chansons traditionnelles -ce qui ne veut rien dire- mais simplement une relecture à la lumière de la tradition musicale occidentale).

Entrons (enfin !) dans le vif du sujet:

J’ai longtemps été surpris de voir que les groupes de péruviens qu’on croise dans le métro reprennent systématiquement Simon et Garfunkel. Mais comme vous devez le savoir, c'est juste que l’originale est une chanson péruvienne, El condor pasa. Il s'agit d'un zarzuela (autrement dit dont on a perdu la trace de l'auteur), qui a été tanscrite par Daniel Alomía Robles en 1913.



L'originale (enfin une version plus ou moins proche)

 

 La reprise: Simon et Garfunkel - El Condor Pasa (If I could)

 

 


Qui n’a jamais trippé sur Le lion est mort ce soir? C’est certes une chanson de colonie de vacances, mais c’est avant tout une chanson accappela zoulou (Afrique du sud), enregistrée en 1939 par Solomon Linda.

 

L'originale:

La chanson a été reprise aux Etats-Unis dès les années 50 par les Weavers puis dans les années 60 eux même repris par The Tokens.
 
The Tokens - The lion sleep tonight

En France, on a eu droit à une version de Henri Salvador (Le lion est mort ce soir) et plus récemment par Pow Wow ()

 


 

La petite mélodie assez insuportable de la lambada a été popularisée en France par Kaoma (1989). C'est une adaptation de la chanson andine (Bolivie) Llorando se Fue du groupe Los K'jarkas qui datait des années 70. Pour être plus précis, Kaoma a copié une reprise brésilienne de Llorando se Fue.


L'originale: 

 
 

Plus: sur les reprises en général, un excellent article d'Isabelle Regner de 2003,  et un article de wikipédia, Cultural appropriation in western music. Toujours sur wikipédia, Mbube, Los Kjarkas

Voir les commentaires

Publié le 24 Janvier 2008

undefinedComme tout ex teenager qui se respecte, je suis tombé amoureux de Where did you sleep last night  de Nirvana sur Unplugged in New York. Et il m'a fallu attendre ce matin! pour découvrir que le titre était une reprise d'une très ancienne chanson populaire américaine qui date du tout début du XXe siècle. Elle a été reprise sous différents noms avec des paroles parfois légerement différentes.

Et comme souvent dans ce genre de cas, plus c'est vieux, plus c'est bon. La version la plus puissante est sans aucun doute celle de l'immense chanteur et guitariste de blues et de folk Leadbelly. C'est tout simplement incroyable. La reprise de Nirvana m'est apparu tout à coup comme presque ridicule.
Leadbelly - Where did you sleep last night


Je n'ai fait qu'effleurer la disco de Leadbelly et du vieux blues/folk en général (autrement dit je n'y connais rien mis à part Robert Johnson). En attendant d'approfondir tout ça, je vous propose aussi d'écouter une autre chanson traditionnelle interprétée par Leadbelly, tout aussi magnifique.
Leadbelly - Black Betty

C'est peut être d'avoir déjà la mélodie en tête qui rend la re-découverte de ces chansons dans ce qu'elles ont de plus pure et de plus fort, si saisissant.

Voir les commentaires