Les chansons qui m’ont fait pleurer

Publié le 15 Octobre 2007

Un peu autocentré comme sujet mais après tout parler des émotions qu’on ressent en écoutant de la musique est bien la seule manière pertinente de parler musique. Tout le reste (influences, histoires des genres et des groupes, les analyses, les classements…) ne fait que tourner autour du pot.
Si j’ai régulièrement la gorge serrée, les écoutes qui m’ont fait pleurer (je parle pas de la larmichette hein!) se compte sur les doigts et restent des moments particuliers dont j’ai un souvenir assez vif.

 


Mano Solo – Tu t’envoles extrait de Internationale Sha La LA

639842923569.jpg
J’ai tellement grandis avec la musique de Mano Solo (merci maman) que c’est presque comme si il faisait partie de ma famille. Je connais les premiers albums par cœur (la Marmaille nue, Les années sombres, Je sais pas trop) au point que chaque frôlement de cordes, chaque raclement de gorge, chaque métaphore obscure, fait sens dans ma tête et m’apparaît comme une évidence.

Je faisais écouter à ma copine de l’époque la version live de « tu t’envoles ». Alors qu’elle était non réceptive à la chanson, j’avais l’impression de la redécouvrir. La différence de la version live avec celle gravée dans ma mémoire, m’a permis de jouir à la fois de sa connaissance intime et de la surprise de la nouveauté.

 

Je me souviens avoir planqué par pudeur ma tête dans l’oreiller. Bah oui, difficile de partager ce genre d'experience avec une personne qui est restée impassible.

 
 

Robert Wyatt - Little Red Robin Hood Hit the Road Extrait de Rock Bottom

robert.wyatt.rock.bottom.gif

Robert Wyatt représente presque l’inverse de Mano Solo. J’ai l’impression de comprendre chaque chanson de Mano Solo comme si je les avais écrites alors que la musique de Robert Wyatt est beauté qui me dépasse.

 
Little Red Robin Hood Hit the Road n’est pas mon morceau préféré de cette cathédrale qu’est Rock Bottom et pourtant… J’avais déjà écouté d’une oreille trop distraite cet album mais j’ai eu une sorte de déclic en réécoutant ce titre. Si j’ai pleuré, ce n’est pas à cause de la tristesse de la chanson mais au contraire de joie et d’émotion devant tant de beauté. Un mélange de reconnaissance et de surprise d’avoir la chance d’être touché par tant de grandeur.

 

 

Nina Simone – If you knew/Let it be me extrait du live Let it be me.

B000004736.01.LZZZZZZZ.jpg
Cette chanson représente pour moi encore une autre manière d’être émue par la musique. C’était la première fois que j’écoutais la chanson (trouvée au hasard ici) et j’ai été littéralement saisi (un peu comme un homard dans de l'eau bouillante). La chanson correspondait exactement à mon état d’esprit. Des mots d’amour qui avaient pourtant tout pour sonner comme des lieux communs apparaissaient comme la seule chose qui mérite d’être chantée.


PS: Ce sont en réalité deux chansons mises bout à bout (If you only knew et Let it be me)
 

  

Rédigé par Boeb'is

Publié dans #Transversal, #France, #Etats-Unis

Repost 0
Commenter cet article

smith 30/03/2011 20:24



Elles me boulversent mais même ses chansons les plus casino på nätet noires gardent toujours un coté
positif. 



cọp 17/10/2007 16:58

anh có thể viết 1 ít tiếng Anh không? khó hiểu lắm. cọp không hiểu được 100% post của anh đâu, hic :(

Boeb'is 17/10/2007 17:57

Khong muon viet sai tieng anh o blog nay. Co le anh se dich post cua anh cho em (gui bang email, khong post).

cop 17/10/2007 16:56

khó hiểu quá...anh có thể viết 1 ít tiếng anh ở post của anh được không? em muốn đọc và hiểu anh viết ... ok?

klak 15/10/2007 20:14

je me rappelle que la premiere écoute de "c'est pas du gateau" de mano solo m'avait vraiment ruiné le moral comme aucune avant ni après. 

Boeb'is 15/10/2007 22:58

Elle est superbe aussi celle-là. Perso les chansons de mano ne me plombent jamais. Elles me boulversent mais même ses chansons les plus noires gardent toujours un coté positif. Son coté "ce qui importe c'est pas l'issu mais c'est le combat". Un peu comme les bérus en fait, qui dépassent le pessimisme par la rage. Et les paroles les plus sombres de mano sont souvent portées par les musiques les plus entrainantes, comme "au creux de ton bras".