Publié le 6 Septembre 2014

Il faut une certaine ouverture d'esprit que je n'ai pas forcément pour savoir apprécier un bon morceau au delà des arrangements ringards qui l'habillent. Certains musiciens savent les déshabiller et leur refaire une beauté un peu moins tape-à-l'oeil.

Oui elles sont faciles, tartes, clichés mais, aller, elles nous plaisent quand même c'est petites choses vulgaires, plus qu'on ne l'admettra jamais. 

Illustrations en trois morceaux, où les reprises sauvent les compositions.

 

La reprise avec sa batterie bien datée et l'interprétation du génial Caetano Veloso.

Caetano Veloso - Você Não Me Ensinou A Te Esquecer (Lisbela e o Prisioneiro, 2003).

L'original de Fernando Mendes de 1979, ça pique!

 

Le groupe le plus sympa du Chili, plus percutant dans ses reprises que dans ses compositions.

Chico Trujillio - Ahora Quién (Plato Único Bailable, 2008)

L'originale de ce morceau composé par Julio C. Reyes, enfin la première interprétation vraiment dégueulasse de Marc Antony,  (existe aussi en version pop).

 

 

La grande Nina Simone, a donné une version sublime d'un tube archi con, Feelings de Morris Albert.

Nina Simone - Feelings (Festival de Montreux, 1976).

L'original, est en fait pas la version de Morris Albert mais "Pour toi", un morceau composé par Loulou Gasto, interprété par Dario Moreno en 1957.

Voir les commentaires

Publié le 2 Septembre 2014

Vous avez peut être entendu parler des musiques de l'Etat du Pará. Un état tout au nord du Brésil, qui devient sur devant de la scène ces dernières années avec l'essor de la tecnobrega, portée par Gang do Electro, Gaby Amarantos et quelques autres.

Le Pará est très proche des Caraïbes ce qui explique l'influence des musiques caraïbéennes, cumbia, reggae, merengue, et même zouk qui donne un saveur très originale à cette musique.

Dans le mix, vous pourrez entendre carimbó et siria, les deux styles emblématiques de l'Etat, représentés par des noms légendaires de Mestre Verequete et Mestre Cupijo.IL y a aussi les modernisateurs, Pinduca et Mestre Vieira, créateurs des la lambada et guitarrada ainsi que d'autres groupes moins connus, des plus traditionnels aux plus groovy. Le mix se termine par deux jeunes musiciens paraenses, Aíla (feat. Dona Onete) et Felipe Cordeiro.

Uirapuru est le nom d'un oiseau de la forêt Amazonienne dont la beauté du chant est telle qu'on dit que les autres oiseaux s'arrêtent de chanter quand ils l'entendent. Et c'est aussi le nom du groupe qui accompagnait Mestre Verequete, un des pères du carimbo.

 

Boebis' Uirapuru: Sounds of Pará Mix by Sounds And Colours on Mixcloud

Alors qu'Analog Africa vient de ressortir une compilation des meilleurs titres de Mestre Cupijo, nul doute que les rééditions de ces perles au groove irrésistibles ne vont pas tarder à fleurir dans les années qui viennent.

Notre mélange sonore est publié par le formidable webzine Sounds and colours, la meilleure source d'information pour les cultures sud-américaines.

 

 

Voir les commentaires

Publié le 3 Août 2014

Domingo Tropikal

Le 17 août, soirée spéciale Brésil au Bar Demory (Paris) avec nous mêmes et le pilier des nuits brésiliennes de Paris, DJ Vodkakoka Roberta (Domingo Tropikal, Rua Carioca, Avenida Brasil…).

Une première pour nous, mais soyez en sûr, bon son (on s’en occupe) et bonne ambiance (ça ça dépend de vous) garantis!

C’est pas parque vous restez à Paris qu’il faut pas profiter de l’été!

Voir les commentaires